Accéder au site mobile

Cité de l'architecture et du patrimoine

x Fermer

Les défis de ville : Saint Etienne

mardi 20 novembre 2012 à 19h00
ST ETIENNE

Rencontre entre Maurice Vincent, sénateur-maire et Alexandre Chemetoff, architecte-paysagiste




Saint-Étienne, un territoire se réinvente


En 1800, Saint-Étienne compte environ 18 000 habitants ; ils sont 140 000 en 1898 et 220 000 au milieu du XXe siècle. Ville de conquête, d’innovation et de travail, Saint-Étienne grandit très vite et se construit de bric et de broc. Dans une même rue, de très beaux immeubles bourgeois côtoient des logements ouvriers tandis que de nombreuses entreprises fabriquent un tissu industriel. Si les années 1970 voient l’affaiblissement ou la disparition d’entreprises (mines, sidérurgie, armement, mécanique, rubanerie), la ville conserve des savoir-faire spécifiques d’excellence en optique, design, traitement de surfaces notamment. La courbe démographique inversée, la ville devient trop grande, économiquement fragilisée, peu accueillante dans ses proches périphéries, peu lisible dans ses abords.

Proche du centre se trouve la Manufacture d’Armes installée au XIXe siècle et la Plaine Achille, ancien marais, devenu lieu d’expansion au temps de l’industrie, traversé par une voie ferrée. C’est là, sur plus de dix hectares, qu’un certain nombre d’équipements posés les uns à côté des autres, ont été implantés dans la seconde moitié du XXe siècle (stade, piscine, palais des sports, zénith, etc).

Le site est à métamorphoser. Là où certains voient des hangars fermés, une sorte d’obsolescence urbaine, Alexandre Chemetoff imagine un à venir à partir de ce qu’il nomme « une économie inventive, une économie de moyens ». Sans expropriation, sans grands travaux, ni geste architectural grandiloquent, mais en supprimant les véhicules, en prônant le réemploi des matériaux du site, en soulignant des bribes d’usages à conforter, en permettant aux piétons d’investir les lieux et, par une fine connaissance de ce qui fait mémoire, il construit un récit ponctué par des projets.

En dix-huit mois de temps, cet espace inhospitalier est déjà transformé annonçant l’avènement d’une ville-parc dans lequel les équipements préexistants ou nouveaux, installés dans d’anciens bâtiments rénovés et adaptés aux usages contemporains, grâce aux cheminements sont mis en relation. La Plaine Achille pouvant enfin s’accrocher aux quartiers environnants. Eco-quartier et quartier créatif, ce site illustre l’actualité d’une ville en pleine évolution.