Accéder au site mobile

Cité de l'architecture et du patrimoine

x Fermer

Patrimoine industriel, mémoire collective et territoires d'aujourd'hui

Cycle 3. Patrimoine, création architecturale et citoyenneté

lundi 11 juin 2007

Dans l’Europe contemporaine, les territoires de tradition industrielle façonnés durant les deux derniers siècles sont la source des valeurs culturelles de notre société en mutation. Face au traumatisme du changement, les points de repère encore très présents de la période de la grande industrie, qu’elle soit textile, minière, sidérurgique ou portuaire, interrogent et suscitent davantage d’innovation que de nostalgie. Les initiatives convergentes de nombreux acteurs de la société civile permettent la reconnaissance d’un patrimoine et sa valorisation culturelle et économique par l’introduction de nouveaux usages.
Selon les lieux, la reconnaissance se fait à partir d’un regard global sur le territoire hérité ou depuis l’objet architectural ou technique devenu exceptionnel par sa nouvelle fonction.
Mais comment et par qui s’organise la réappropriation du patrimoine industriel ?

La demande de classement au Patrimoine Mondial de l’UNESCO du Bassin Minier du Nord-Pas de Calais en France émane d’un partenariat très diversifié, des collectivités territoriales aux associations d’habitants. C’est un exemple de la nécessité de reconnaissance d’une culture en déclin afin de mieux envisager l’avenir dans une fierté retrouvée pour toute la population. La transformation de la vallée polluée de l’Emscher en parc, dans la Ruhr allemande par le biais de la procédure IBA, est le résultat conjugué d’initiatives régionales,municipales et associatives. La réussite de cette opération doit beaucoup à la concertation et l’implication de la population locale dans le choix des projets. Cette démarche s’applique actuellement selon la même logique participative à l’est de l’Allemagne dans la région des mines de lignites de Cottbus afin de redonner espoir aux habitants après la fermeture brutale des entreprises qui étaient les fleurons techniques et économiques de la RDA : c’est par la volonté des anciens ouvriers que la machine d’extraction F60 a été sauvegardée. Roubaix demande et obtient le label « Ville d’art et d’histoire » sur son seul passé industriel. On doit à des initiatives publiques et parapubliques le fait de créer des équipements et des logements sociaux dans les anciens lieux de travail : ainsi, la transformation des filatures à Lille et Tourcoing dès la fin des années 70 ou celle des gazomètres de Vienne en Autriche. La sauvegarde répond à un besoin culturel plus qu’à une opportunité économique dans un premier temps ; la mode des lofts pour population aisée par le biais de promoteurs avisés ne vient que dans un second temps. Les nombreuses associations d’ouvriers et d’habitants qui se mobilisent après la fermeture d’une usine sont de puissants moteurs pour la réinterprétation des bâtiments contre la destruction envisagée d’emblée par les municipalités. Le renouvellement urbain doit alors se faire en tenant compte de la résistance des populations et partir des symboles de la culture ouvrière plutôt que de la table rase. Plus encore, on a vu depuis une vingtaine d’années fleurir les collectifs artistiques dans des lieux inédits : loin de l’atelier académique, ce sont les friches industrielles qui cristallisent les lieux de création et d’innovation, au point que l’on parle maintenant de « friches culturelles ». La nouvelle culture artistique naît sur les lieux de la culture industrielle. Les territoires de l’industrie deviennent les nouveaux territoires de l’Art.

En savoir plus

Contact : Mathilde Béjanin Tél. : +33 (0)1 58 51 59 98 Fax : +33 (0)1 58 51 52 90 mbejanin@citechaillot.fr
Adresse
Cité de l'architecture et du patrimoine Auditorium (ex-cinémathèque) Accès par le 7, avenue Albert de Mun 75016 Paris France Métro Iéna et Trocadéro
Tarifs
Cycle de 4 séances de 2h Plein tarif : 35 € / tarif réduit : 25 € A la séance Plein tarif : 10 € / tarif réduit : 6 € Les tarifs réduits s’appliquent aux étudiants de moins de 26 ans, demandeurs d’emplois, RMI, carte Culture.