Accéder au site mobile

Cité de l'architecture et du patrimoine

x Fermer

13. Paris, la fabrique de la ville, du Moyen Âge au décret Bonnier (1902)

Pierre Pinon, architecte et historien

jeudi 18 fevrier 2010

En dehors de quelques grandes opérations, enceintes militaires, places royales et monuments, jusqu'au XIXe siècle, l'initiative de la « fabrication » de Paris est rarement venue de l'autorité publique, roi, empereur ou président, maire. Dès le Moyen Âge, le pouvoir a toujours considéré qu'il était à la charge des acteurs privés de créer de nouveaux quartiers, d'ouvrir des voies nouvelles, de construire maisons et immeubles.

L'essentiel de Paris, en dehors de la ville coloniale romaine, du premier noyau médiéval et des faubourgs qui se sont développés progressivement, est donc en fait l'oeuvre de lotissements privés, souvent spéculatifs. Les couvents ont loti leurs cultures et marais, les rois et les aristocrates ruinés, leurs trop vastes hôtels, et l'Etat a vendu après la Révolution des Biens nationaux aux lotisseurs. Ce système a donné satisfaction à tout le monde jusqu'au milieu du XIXe siècle. Mais à partir de Napoléon III et de Haussmann, l'autorité publique a voulu prendre en main le tracé des voies nouvelles (les percées haussmanniennes), puis à partir du XXe siècle, l'ensemble des opérations d'urbanisme, voirie, découpages fonciers, constructions, en partie en association avec des opérateurs privés. Ainsi l'histoire de la fabrication de Paris est, dans une large mesure, une histoire privée, pour ne pas dire spéculative, ce qui n'a pas toujours été contraire à sa qualité..

Deux vidéos à visionner : la conférence, et l'interview de l'intervenant :

En savoir plus

Adresse
Cité de l'architecture et du patrimoine 7, avenue Albert de Mun 75116 Paris
Modalités
Inscriptions sur place, dans la limite des places disponibles
Accès handicapé
Tarifs
Une séance : 10 euros plein tarif (6 euros tarif réduit)