Accéder au site mobile

Cité de l'architecture et du patrimoine

x Fermer

Jardins secrets et marges urbaines

Cycle Urbanités coréennes

samedi 16 avril 2016 [14h00 - 17h55]

Derrière les façades high-tech de ses gratte-ciel, en-deçà des pandémiques complexes d’appartements, à la lisière des quartiers branchés dédiés à l’hyperconsommation, Séoul résiste à l’ordre urbain dominant. À celui qui prend le temps de marcher dans cette ville qui a longtemps tenté de se passer du piéton, les ruelles révèlent des jardins modestes témoignant de cette résistance douce à l’urbanisation soudaine. On y cultive autant ses légumes qu’un art de vivre disparu. Mais les quartiers se réveillent doucement, et se réinventent des communautés. cachées ou marginalisée, elles récupèrent des quartiers : autant de « jardins », autrefois secrets, qui investissent la sphère publique. En s’appropriant l’espace public de la place ou des terrains vagues, de la rue et des friches, ces communautés souhaitent accéder à une visibilité nouvelle et ainsi compter à nouveau dans la vie politique.
Nouvelles pratiques qui sont en train de bouleverser, non seulement Séoul, mais aussi la société coréenne.
A l’écran se croiseront agriculture urbaine, culture queer, révoltés du naufrage du Sewol, migrants, injonction du multiculturel... Tout un monde secret - mais plus pour longtemps - qui nous mènera loin de Samsung et de la K-pop, au plus intime de la société coréenne contemporaine.
Sous la direction de Benjamin Joinau

14h Introduction Par B. Joinau et T. Paquot

14h15 Stateless Things (Chultak dongsi)
Film de Kim Kyung-mook. Corée, 2012, VOST angl. Vidéoprojection couleur, 1h59mn
Les destins croisés de Jun et Hyeon renvoient à deux formes de marginalité où se rencontrent deux classes sociales, les exclus et les nantis, aussi opposées que les lieux de Séoul qu’elles habitent. Jun le réfugié nord-coréen offre, dans sa courte idylle avec la sino-coréenne Sun-heui, le prétexte à une balade ciné dans le Séoul humble des rues. La chute de Jun dans la prostitution se traduit par une ascension symbolique, puisque c’est au haut d’une tour hyper-moderne qu’il rencontrera Hyeon, un escort que son amant marié enferme dans un appartement luxueux… Binaire sans être  manichéen, le film  promet la rencontre des laissés-pour-compte, une fois reconquis l’espace de la ville…

16h15 Table ronde espaces publics en Corée
Animée par T. Paquot, avec Bae Hyojung, F. Barbe,
Cheong Soo-Bok, Song Doyoung

17H10 Parcs, jardins et ruelles de Séoul - espaces contestés et rêvés
Ciné-débat par Benjamin Joineau. France, 45mn
Photos et courts extraits de documentaires : autre format pour un débat autour de 3 thèmes
(les parcs publics comme refuges des exclus ;
les jardins urbains et les potagers sauvages ;
les parcs, espaces communs à préserver).

17h55 Faces of Seoul

Documentaire de Gina Kim. Corée, 2014, VOST angl. couleur, 1h35mn
Un dispositif simple : la réalisatrice revient régulièrement à Séoul, qu’elle a quittée,
pour voir sa famille, et elle filme ses retours.
De cette masse d’images anodines et accidentelles, elle tire un montage vidéo sur lequel elle tisse
un commentaire inspiré sur la ville, le statut
de la représentation et de l’art, le souvenir, l’identité, le rapport au père… Séoul relie ici
la mémoire individuelle et collective, les générations, les temps et les histoires, les lieux
et les noms. Une ode à la capitale comme métaphore de l’art.

Intervenants  
Bae Hyojung, chercheure au KRIHS (Korean Research Institute for Human Settlement), est titulaire d’une thèse de doctorat de l’Institut d’Urbanisme Parisien portant sur la participation citoyenne dans le grand projet de rénovation de l’esplanade Gwanghwamun à Séoul des années 2000.
Frédéric Barbe, géographe, a récemment achevé une thèse sur les géographies de la littératie en France, au Mali et en Corée, et s’intéresse aussi à la transition socio-écologique dans ses rapports à l'habiter et à la participation.
Cheong Soo-Bok, sociologue et écrivain, a publié à Séoul deux livres sur Paris et un livre sur Séoul, tous les trois issus de ses flâneries urbaines.
Benjamin Joinau, maître de conférences à l’Université Hongik (Séoul), s’intéresse notamment à l’imaginaire des deux Corées sur lesquels il a publié de nombreux articles. Il est directeur de l’Atelier des Cahiers, éditeur français d’ouvrages sur la Corée et l’Asie de l’Est.
Song Doyoung, sociologue et professeur à l’Université Hanyang, travaille notamment sur les enjeux d’une société urbaine coréenne de plus en plus multiculturelle.
Tables rondes et débats animés par Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, rhapsode de l’Esprit des villes.