Accéder au site mobile

Cité de l'architecture et du patrimoine

Images

x Fermer

Syrie

Syrie

L'Ecole de Chaillot et la Faculté d'architecture de l'Université de Damas coopèrent depuis 2003 à la mise en œuvre d'un Master professionnel dans le domaine de la restauration et de la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et paysager. Une convention a été signée en février 2009 pour prolonger cette coopération, qui fait l'objet d'un soutien financier de l'Ambassade de France à Damas.

En raison des événements en Syrie, cette coopération est actuellement suspendue.

Le public


Le Master est ouvert à des architectes syriens des secteurs public (notamment de la Direction générale des antiquités et des musées) et privé. Une vingtaine d'architectes sont sélectionnés tous les deux ans, l'organisation du Master leur permet de poursuivre leur exercice professionnel pendant la formation.

L'organisation de l'enseignement

Les cours sont répartis sur deux ans, à raison de deux jours tous les quinze jours environ (la formation totalise environ 560 heures d'enseignement encadré), dans la maison Baroudi, située dans le quartier de Qanawât, propriété de l'université de Damas. Les élèves bénéficient en plus de cours de français dispensés par le Campus numérique francophone de l'Agence universitaire de la Francophonie.

Les enseignements

Ils sont assurés pour moitié par des enseignants de la Faculté d'architecture de Damas, qui traitent essentiellement de l'histoire de l'architecture en Syrie, des modes constructifs locaux, et de la législation, l'autre moitié des cours est assurée, en langue française, par des spécialistes de la restauration envoyés par l'Ecole de Chaillot (environ 14 missions d'enseignement chaque année). Ils traitent des questions de structures et de consolidation, de doctrine et de déontologie en matière de restauration, et de conservation des ensembles urbains. Enseignants mais également praticiens, leurs interventions sont illustrées par de nombreux exemples choisis dans leur pratique professionnelle et font l'objet d'exercices destinés à vérifier l'acquisition des connaissances.
Des intervenants extérieurs, chercheurs à l'Institut français du Proche-Orient notamment, présentent leurs travaux qui portent sur les sites archéologiques majeurs de la région.
Des visites d'études à Bosra, Palmyre, au Crac des chevaliers, etc., complètent la formation.

Le Master couvre des problématiques complémentaires sur la connaissance, la restauration et la mise en valeur du patrimoine :

1.Introduction : évolution de la notion de patrimoine, doctrines, philosophie

2.Conservation et restauration des édifices :
-Histoire de l'architecture
-Compréhension et lecture du monument
-Usage du monument
-Matériaux : pathologies, techniques de mise en œuvre
-Consolidation, renforcement des structures
-Décors et arts appliqués
-Gestion du patrimoine et législation

3.Conservation et restauration du patrimoine archéologique :
-Le site archéologique
-L'intervention en milieu archéologique

4.Conservation et restauration des ensembles urbains :
-La ville historique et le monde contemporain
-Lecture de la ville ancienne
-Réhabilitation et mise en valeur du quartier ancien

5.Paysage naturel et territoire :
-Composantes du paysage naturel et rural
-Architecture vernaculaire

Les modalités d'évaluation

L'évaluation repose en partie sur quelques exercices en contrôle continu, ainsi que sur des examens de fin d'année, mais surtout sur deux exercices longs et un projet de fin d'études :

-les élèves doivent réaliser deux exercices collectifs, sur deux ans, qui portent sur l'étude d'un édifice, et d'un ensemble urbain. Pour l'étude de l'édifice, les élèves doivent effectuer des recherches documentaires, faire des relevés, procéder à l'analyse archéologique du bâti, avant d'entamer l'étude des pathologies. Enfin, ils pourront proposer un projet de conservation et de réutilisation de cet édifice. Pour l'étude de l'ensemble urbain, les élèves doivent effectuer tout d'abord un travail d'analyse des formes urbaines et des architectures, mais aussi des occupations et des fonctions, puis viennent les phases de diagnostic et de projet urbain, qui doivent déboucher sur la production de recommandations en matière de sauvegarde et de mise en valeur de l'ensemble urbain.

-chaque élève doit présenter un projet de fin d'étude. Il comporte une présentation d'un édifice, son analyse historique et constructive, un diagnostic des pathologies qui l'affectent, la préconisation de mesures d'urgence et de traitements à long terme, ainsi qu'une proposition d'aménagement et de mise en valeur de l'édifice lui même et de son environnement.