Accéder au site mobile

Cité de l'architecture et du patrimoine

x Fermer

Jean-Charles Moreux

Architecte-décorateur-paysagiste

Grand, profil de Romain, alliant l’élégance aristocratique à la force du paysan, c’est ainsi qu’apparaît Jean-Charles Moreux aux yeux de ses contemporains.

Après des études d’ingénieur, il opte pour l’architecture et obtient son diplôme à l’École des Beaux-arts de Paris en 1922. Il se lie d’amitié avec André Lurçatet, sous son influence, se passionne pendant quelques années pour l’architecture puriste ; en 1930, il adhère à l’Union des artistes modernes. Dès 1923, il dessine des meubles très architecturés, conçus selon des tracés régulateurs. S’il étudie des modèles d’habitations à bon marché et des meubles standard, il travaille parallèlement pour des mécènes tels le couturier Jacques Doucet, le baron Robert de Rothschild, le vicomte Charles de Noailles. En 1926, sa rencontre avec Bolette Natanson, la fille d’Alexandre Natanson,fondateur de La Revue blanche, est déterminante pour l’évolution de son art. Elle l’introduit dans un milieu d’intellectuels, d’artistes et de musiciens. Ils voyagent et travaillent ensemble. C’est au retour d’un voyage en Italie avec Bolette qu’il commence à intégrer dans ses créations des références à l’Antiquité romaine, à la Renaissance et au baroque. Tous deux férus d’histoire naturelle, ils inventent des compositions surprenantes à partir de papillons, de coquillages, d’oiseaux naturalisés. lls ouvrent, dira Marcel Zahar, « les portes du Merveilleux ». Convaincu que l’artiste doit lutter contre l’uniformité du monde industriel, Moreux se tourne vers la tradition classique et s’inspire librement des œuvres de Ledoux et de Palladio ; il s’impose comme ensemblier, architecte-scénographe, muséographe et créateur de jardins. Dans les nombreux jardins urbains qu’il dessine, seul ou avec les frères Véra, il met l’accent sur l’approche géométrique, l’économie des végétaux et les illusions de perspective obtenues par des jeux de miroirs.Le jardin public des Gobelins, qu’il réalise à Paris en 1938, se présente comme une puissante alliance d’éléments baroques et de tracés classiques. Nommé architecte en chef des Bâtiments civils et palais nationaux, il est chargé de réaménager les galeries de peinture du musée du Louvre, et plus particulièrement le décor de la galerie Médicis. Son itinéraire singulier en fait, avec Emilio Terry, André Arbus et Louis Süe, l’un des artistes les plus originaux de la première moitié du XXe siècle. Ce livre retrace le parcours de Jean-Charles Moreux dans sa diversité : architecture, décoration, mobilier et jardin. Livre publié avec l’Institut français d’architecture, avec le concours du ministère de la Culture et de la Communication (Centre national du livre et Direction de l’architecture et du patrimoine).

En savoir plus

Edition
Cité de l'architecture et du patrimoine
Norma

Auteur
Susan Day

Parution
Janvier 1999